Le pouvoir du pardon : 6 conseils pour lâcher prise

Dès le plus jeune âge, on nous apprend que pardonner à quelqu’un est la «bonne chose à faire». Pourtant, le faire est considérablement plus facile à dire qu’à faire si la personne nous a causé une douleur ou une blessure importante. Si vous avez vécu une expérience similaire récemment et que vous vous sentez coincée à vous demander comment laisser le passé derrière vous, cet article peut vous aider. Vous portez probablement de lourds bagages émotionnels qui vous accablent parce que vous êtes aujourd’hui dans l’incapacité de pardonner.

Notre objectif avec ce nouvel article de blog est de vous encourager à vous délester du poids du passé et apprendre à pardonner en suivant nos 6 conseils scientifiques. 

Conseil n° 1 : Reconnaissez qu’il n’est peut-être pas facile d’oublier le passé ( du moins au début)

Pour commencer, il peut être nécessaire d’accepter le fait que vous pourriez vraiment avoir besoin d’apprendre à « lâcher » votre passé. Si vous sentez que vous êtes enclin à garder rancune ou que vous avez eu du mal à pardonner dans le passé, comment pouvez-vous vous attendre à absoudre immédiatement quelqu’un de ses méfaits dans le présent ? Le pardon n’est peut-être pas facile ; mais parfois, les choses les plus difficiles de la vie peuvent être les plus gratifiantes.

Le pardon peut être difficile parce que le processus implique plusieurs composants :

 1) Accepter de faire face à l’origine du conflit, et avec cela, endurer tous les sentiments inconfortables qui y sont liés. 

2) Décider de regarder le problème droit dans les yeux peut demander du temps et de la patience, mais la même chose peut être dite pour le traitement de toutes les émotions.

3) Accepter d’être vulnérables, cela peut sembler effrayant pour certaines personnes ; mais cela peut aussi être très bénéfique pour une relation. La vulnérabilité facilite une plus grande honnêteté dans la relation dans son ensemble, ce qui, à son tour, pourrait faciliter davantage la confiance mutuelle, la communication respectueuse et la compassion.

N’oubliez pas qu’il n’y a pas de date limite ni de directives concrètes sur la façon de lâcher le passé. Ne vous découragez pas si vous trouvez cela difficile et, plus important encore, soyez patient avec vous-même tout au long du processus.

Conseil  n° 2 : Réfléchissez à la façon dont votre style d’attachement pourrait affecter vos  émotions.

Nos styles d’attachement joue un rôle dans la façon dont nous construisons, agissons et percevons nos relations. Par conséquent, il est logique qu’ils puissent également affecter la façon dont nous réagissons lorsque nous avons été blessés par les autres.

Attachement sécure

En général, les personnes secoures sont plus susceptibles d’avoir une réponse pragmatique et plus rationnelle aux conflits émotionnels. Ils sont généralement capables de bien réguler leurs émotions, ce qui pourrait leur permettre de surmonter plus facilement la blessure initiale. Ces personnes pourraient ainsi avoir une bonne idée de la façon de lâcher le passé et de pardonner aux autres. Cela pourrait signifier que leurs relations peuvent potentiellement durer plus longtemps et même se renforcer avec le temps.

Attachements insecures

Les personnes aux styles d’attachement insecure, quant à eux,  sont moins susceptibles de gérer les conflits émotionnels de manière adaptée, ils peuvent avoir du mal avec le pardon et avec la guérison au sein d’une relation. Contrairement aux personnes secures, les personnes ayant un attachement insecure peuvent avoir du mal  à affronter les conflits de front. Par conséquent, lorsqu’ils sont confrontés à une trahison ou à un conflit, les personnes insecures sont plus susceptibles de sauter directement à la fin de la relation pour tenter d’éviter de gérer leurs émotions et leurs peurs.

Les personnes ayant le style évitant sont moins susceptibles de pardonner aux autres ; par ailleurs, ils ont tendance à se retirer d’une relation chaque fois que les problèmes surviennent. Cette réponse peut être due au fait que les personnes évitantes ont tendance à se voir positivement et à minimiser leurs défauts et leurs lacunes. D’un autre côté, ils voient clairement les défauts des autres et n’hésitent pas à les mettre en exergue. Pour ces raisons, les personnes évitantes pourraient avoir du mal à accepter les transgressions, trahisons  à surmonter leur orgueil et à vraiment pardonner. Pour ces personnes, surmonter les peurs personnelles, et peut-être la fierté, fait partie intégrante de l’apprentissage du lâcher prise avec le passé.

Les personnes au style d’attachement anxieux ont tendance à avoir du mal à gérer l’incertitude et peuvent donc sauter « trop » rapidement vers le pardon. Lorsqu’ils sont confrontés à une menace ou à un conflit relationnel, ils peuvent essayer de rétablir «l’équilibre» en pardonnant rapidement à leurs partenaires, même pour les transgressions , trahisons graves, comme la tromperie. Ils peuvent également penser que leur dépendance vis-à-vis du partenaire est plus importante que ce qui s’est passé. Cependant, ce type de pardon est généralement simplement externe : même si la personne exprime son pardon, elle ne ressent pas de soulagement des émotions négatives, telles que la colère et la douleur. C’est une personne qui pardonne mais qui négocie avec son choix et qui a du mal à être sereine dans la relation par la suite.

Vous ne connaissez pas encore votre style d’attachement ? 

Répondez au QUIZZ GRATUIT et découvrez-le votre moins de cinq minutes !

Dans l’ensemble, les styles d’attachement peuvent avoir un fort impact sur la façon dont nous gérons les  problèmes et les conflits relationnels. Pour cette raison, il peut être sage de connaître votre style d’attachement lorsque vous vous sentez coincé dans une situation et que vous ne savez pas comment laisser partir le passé.

Conseil n°3 : Parfois, il suffit de 20 secondes de courage.

Parfois, les problèmes dans une relation que ce soit avec un partenaire, un ami, un parent, peuvent ressembler à des monstres à sept têtes ; il y a tout simplement trop d’émotions et d’interrogations « et si » dans nos esprits pour que nous puissions passer facilement d’un doute à un autre. Pour cette raison, lorsque nous nous sentons enfin prêts à pardonner, il est essentiel de prendre le temps de discuter du problème avec la personne qui nous a blessé afin de décortiquer le problème. Pourtant, pour beaucoup d’entre nous, avoir «la conversation» peut sembler totalement anéantissant.

Si cette forme de discours est un défi pour vous, vous devrez peut-être réfléchir aux raisons pour lesquelles vous trouvez cela difficile. Est-ce parce que vous avez peur de la confrontation ? Avez-vous peur de contrarier l’autre ? Parfois, trouver la racine de vos peurs peut vous aider à comprendre pourquoi il est si important pour vous de sauter le pas et d’ouvrir les voies de communication.

Même lorsque vous avez du mal à communiquer le problème avec votre « agresseur », ne sautez pas cette étape. Bien qu’il s’agisse d’un grand pas en avant, communiquer la raison pour laquelle vous êtes blessée avec votre agresseur ne vous demandera peut-être qu’une grande bouffée de courage. Et une chose est sûre : tout cela devient plus facile avec le temps.

La recherche soutient l’idée que le pardon est une expérience valorisante. C’est parce que la victime prend essentiellement le contrôle de sa situation : alors qu’elle reconnaît que quelqu’un lui a fait du mal et doit en être tenue pour responsable, elle a en même temps un espace pour lâcher prise et améliorer la relation.

Conseil n° 4 : rappelez-vous que vos actions dans une relation peuvent influencer la prochaine .

un homme qui ne sait pas comment abandonner le passé transporte son bagage émotionnel dans ses relations. Malheureusement, les choses qui se produisent dans une relation affecteront très probablement celles qui suivront. Bien qu’il puisse être tentant de simplement s’éloigner d’une blessure antérieure, ne pas affronter le problème signifie que nous finissons par emporter notre passé avec nous comme un bagage émotionnel. De plus, ce bagage émotionnel est susceptible d’affecter la façon dont nous agissons et réagissons aux situations dans nos relations actuelles, ce qui signifie que nous accumulons probablement encore plus de valises à emporter avec nous dans la vie. Plus important encore, renoncer à un modèle de relations inadéquates ou à de mauvais comportements dans les relations peut également influencer nos styles d’attachement. Cela implique également que nous pouvons grandir avec un attachement insécure et avec un effort constant et un travail d’introspection développer un style d’attachement sécure.

Conseil n°5 : N’oubliez pas de vous pardonner aussi.

Rappelez-vous que le pardon n’est pas toujours dirigé vers les autres. Pour vraiment apprendre à abandonner le passé, nous devons également travailler à cultiver l’auto-compassion et le pardon envers nous-mêmes. Faites de votre mieux pour pardonner à votre agresseur, mais n’oubliez pas que vous devez également vous pardonner quel que soit l’élément du conflit qui, selon vous, est de votre faute.

Alternativement, vous pouvez croire que vous n’avez rien fait de mal, mais vous pouvez éprouver un fort sentiment de honte, de culpabilité et d’anxiété à cause de la façon dont vous vous êtes senti envers votre agresseur. Dans ce cas, il est essentiel que vous vous pardonniez et acceptiez que, peu importe à quel point vous aimez l’autre personne, vous êtes autorisé à, et pouvez même avoir besoin, de ressentir la blessure à votre manière. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon de guérir !

Conseil n° 6 : N’ayez pas peur de demander de l’aide.

Si vous avez l’impression que les émotions négatives sont trop difficiles à gérer et que vous ne pouvez tout simplement pas gérer la situation par vous-même, il n’est jamais mauvais de demander de l’aide. Les professionnels de la santé mentale pourraient être en mesure de vous aider à réguler vos émotions et à découvrir votre propre façon d’apprendre à laisser  le passé derrière vous. La thérapie centrée sur les émotions est couramment utilisée pour résoudre les conflits émotionnels dans les relations et, dans des cas plus spécifiques, pour réparer les blessures de l’attachement. Les blessures de l’attachement surviennent lorsqu’un problème lié à l’attachement est la transgression dans la relation. Par exemple, un personne au style évitant peut repousser son partenaire lorsqu’il pense que ses limites sont réprouvées ; ou une personne au style anxieux peut adopter des comportements obsessionnels ou de traque face à une trahison perçue.

Gardez à l’esprit que les styles d’attachement représentent un spectre nuancé, où n’importe qui peut avoir des caractéristiques appartenant à n’importe quel style. Ainsi, lorsque nous sommes dans une situation de vulnérabilité, il est plus probable que nos traits d’insécurité se manifestent. Il est donc également important de comprendre que même les personnes secures peuvent avoir des difficultés à gérer les trahisons dans une relation.

Ce qu’il faut retenir c’est que même si nous avons tous relevé le défi de pardonner, il y a deux choses importantes que beaucoup d’entre nous oublient souvent. Le pardon ne laisse pas l’autre personne « se tirer d’affaire »: il vous permet de vous en sortir. 

Pardonner vous soulagera de vous accrocher à des émotions, des souvenirs et des pensées négatives. Il n’y a rien à perdre; et tant à gagner. Apprendre à lacher le passé ne fera pas de vous une victime : cela ne fera que vous rendre plus forte. Passer à autre chose, vous délester des bagages émotionnels et vraiment pardonner à la personne qui vous a fait du tort pourrait être l’une des choses les plus puissantes que vous puissiez faire. Oui, il peut être tentant de garder rancune pour tenter de tenir l’agresseur  responsable de ce qu’il a fait. Et pourtant, comme vous le savez peut-être déjà, rien de tout cela ne vaut votre santé mentale et votre paix intérieure.

En outre, le pardon peut être un moyen puissant de renforcer une relation. Traverser des difficultés avec quelqu’un, accepter la vulnérabilité et travailler efficacement ensemble sur le problème peut apporter de l’honnêteté, de l’ouverture et une meilleure communication dans la relation.

Vous ne connaissez pas encore votre style d’attachement ? 

Répondez au  QUIZZ GRATUIT et découvrez-le votre en moins de 5 minutes !

Laisser une réponse

Lundi: 9h15 - 16h00
Mardi: 9h15 - 20h30
Mercredi: 14h30 - 21h00
Jeudi: 9h15 - 16h00

06 95 45 29 85
contact@avecmapsy.com

265 Av. Des états du Languedoc
Tour du Polygone, 8ème étage
34000 MONTPELLIER

Avec ma psy © 2021 Tout droits réservés - Réalisation Com'on - Mentions légales - CGV

4 caractères au minimum